Livraison disponible en France continentale - d'autres pays à venir !

Célébrer “La soirée de la bouteille débouchée” pendant le Covid

La soirée “Sortez la bouteille” a 21 ans cette année ! Dorothy J. Gaiter et John Brecher du New York Times ont eu cette idée pour encourager leurs lecteurs à ouvrir une bouteille de vin qui a de la valeur pour eux et à en partager l’histoire. La Covid a remis le concept en question.

Entre les confinements et les couvre-feux, c’est compliqué d’inviter des amis à la maison pour dîner et boire des coups en ce moment. La soirée “Sortez la bouteille” par contre, est une occasion spéciale, et durant l’année passée, on en est devenus la preuve vivante à maintes occasions.

La période de la Covid a permis de trouver l’excuse parfaite pour allumer les bougies qu’on garde pour les occasions spéciales. Et pour utiliser les sels de bain offerts par on ne sait plus qui. Ah, et le kit de fromage à faire soi-même commandé sur Etsy et sur un coup de tête, sauf qu’en fait fabriquer son propre fromage c’est super compliqué donc le kit est resté au fond d’un placard, à nous regarder d’un air désapprobateur à chaque fois qu’on ouvre le placard en question pour prendre un paquet de pâtes.

Déboucher cette fameuse bouteille donc, est une activité parfaite pendant la pandémie. Nos maisons sont devenues bien trop familières et il est temps de s’aérer un peu l’esprit (en restant chez soi), et de revenir aux choses bien plus frivoles qu’on pouvait encore faire l’année d’avant.

La soirée “Sortez la bouteille” est censée être la célébration de vins d’exception, mais franchement, ouvrez la bouteille qui vous plaît. Une de celles qui est sur votre étagère et que vous n’osez pas boire à cause de son étiquette invisible qui dit “Je suis trop bonne pour être bue n’importe quand”.

Ici, notre plan, c’est d’ouvrir une bouteille de vin vers 17h, de s’en servir un bon verre, c’est parti pour une session Netflix avec un pote à l’autre bout du pays ! La pandémie a sans doute mis un stop à toutes les rencontres en “vrai”, cependant, boire un verre (ou deux, ou même trois) de rouge et se plaindre à cause des incohérences dans l’intrigue de mauvais films avec son ami le plus drôle, c’est toujours une super soirée.